A propos...

L'auteur :
Baladé dans la campagne depuis que je suis haut comme trois pommes, j’ai découvert les espaces et les espèces durant mon adolescence en suivant mon père à la chasse (enfin, une partie des espèces !). Après une courte pratique de la noble activité,  j’ai eu la chance de fréquenter quelques personnes qui m’ont offert l’occasion d’échanger la crosse contre la longue-vue. Et là : quelle découverte ! Une révélation presque !  Mon regard sur la nature évolua considérablement. Je délaissais la traque en bottes d’un panel relativement pauvre en espèces, nommé  « gibier », qui, selon les observateurs, « vivait dans la nature » et «commettait des dégâts » dans les cultures agricoles et les plantations d’arbres. J’observais et découvrais à la place « une flore et une faune sauvage nommée Biodiversité » qui jouait un rôle dans « des écosystèmes fragiles», qui eux-mêmes, étaient bénéfiques pour nous, les êtres humains.

Je fais alors mes débuts dans la photographie naturaliste : premiers affûts-photo avec mon ami Vincent, premières émotions naturalistes,  premières libellules à déterminer, premières orchidées à examiner,  premières difficultés à voir l’oiseau sur la photo… A l’époque, je suis déjà fasciné par la force de l’image photographique, par l’émotion qu’elle peut provoquer, par la réflexion qu’elle évoque, et réalise le rôle qu’elle peut jouer dans l’information et la sensibilisation. 

En 1999, je sors du LEGTA de Neuvic (19), diplômé d’un BTS Gestion & Protection de la Nature, option Animation Nature. Ce fût mes plus belles et mes plus enrichissantes années de scolarité. J’obtiens dans la foulée le statut d’Objecteur de conscience (sa dernière année d’existence !) avec lequel, j’exerce le travail d’animateur au sein du CPIE (Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement) de Tronçais (03). Depuis 2001, je suis salarié d’une association d’Education à l’Environnement (http://www.adater.org) et revendique le statut symbolique (qui m’a été donné un jour par un enfant) de « biodiversiteur ». 

Durant ce parcours, j’ai logiquement changé ma façon de voir les choses et pris peu à peu conscience des impacts de nos activités, de nos déplacements, de notre consommation et de ses conséquences sur la planète et sur ses peuples. Pas facile de changer nos bonnes vieilles habitudes énergivores ! Elles sont si confortables, si pratiques, si modernes, tellement accessibles…

La démarche « éco citoyenne » que je tente de suivre est avant tout personnelle , sans jugement de valeur, elle se veut résistante, quotidienne, répétée, imparfaite certes, mais de bonne volonté. Cette démarche, partagée par beaucoup d’entres-nous, est supposée mener notre société vers un modèle de « développement » qui se veut « durable », mais ne deviendra que ce que l’on en fait, avec ses aberrations et ses injustices ou ses avancées sociales, économiques et environnementales. Le développement durable n’est qu’un projet de société où beaucoup de choses restent à imaginer, à inventer et à mettre en place, chacun, à sa modeste échelle, et selon ses convictions.

Tel est jusqu’alors mon parcours et mon avis.


Ptérophore blanc

Portrait chinois  :
Si j’étais une pierre ? ... du calcaire, pour les richesses patrimoniales qu’il engendre, mais probablement du granit, pour mes origines corréziennes !
Si j’étais une plante ? ... l’ortie, pour tout un tas de raison !
Si j’étais un insecte ? ... une libellule, parce qu’elle symbolise à mes yeux les zones humides et a su faire preuve d’adaptation depuis ses plusieurs millions d’années d’existence (on ne peut pas en dire autant des hommes !).
Si j’étais un oiseau ? ... un œdicnème criard, « pour vivre heureux, vivons (bruyamment)  cachés ! »
Si j’étais une musique ? ... un rythme tribal joué dans une grotte !
Si j’étais un livre ? ... un livre de Bernard Bertrand aux Editions Terran ou peut-être « L’appel gourmand de la forêt » de Linda Louis aux Editions La plage.
Si j’étais une menace ? ... un dirigent de l’industrie agro-alimentaire ? Une centrale nucléaire ? Une frénésie consumériste ? ... euh, j’hésite, il y a l’embarras du choix !


Le matériel :
Des affûts fixes, mobiles ou flottants placés, pour la plupart, bien avant leur utilisation.
Un boitier Canon 7D
Un objectif Sigma DG macro 105, 1:2,8
Un objectif Canon 18-55
Un objectif Canon 55-200
Un zoom Canon 100x400 – 5,6
Un trépied Manfrotto + tête 128RC
Des filets et des vêtements de camouflage

La plupart des photographies présentées sur ce blog sont le fruit de longues heures de patience et de préparation dans un réel souci de ne pas déranger les acteurs du sauvage. Elles sont dans la majorité des cas, le résultat de plus de 10 ans de terrain, d’observation et de prospections naturalistes dans le bocage, le Val d’Allier, la forêt et le jardin.

Guêpiers d'Europe

4 commentaires:

  1. j'ai beaucoup d'admiration pour votre évolution et ce magnifique blog qui en est le résultat
    je vous invite si vous avez un mur ou une adresse sur facebook
    à venir voir le jardin écologique de Lille (Association PPJég Lille) ou mon mur Gwen Geneviève Dewitte
    merci de tout coeur pour ce partage entre amoureux de la vie ( de la nature)..
    Gwendo

    RépondreSupprimer
  2. ah oui j'oublie que demain je fais une expo animation sur les Orties que j'adore ....

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    En visitant le site de l'Adater je suis arrivée sur ton site. Bravo les photos sont vraiment belles, quelle patience !! C'est sur j'y reviendrai !!
    Sinon comment vont les petites abeilles que tu étais venu chercher à Aude ?!
    Anne

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    J'ai eu la chance de découvrir votre site grâce au site de l'Adater et j'ai vraiment aimé votre univers photographique et votre philosophie.

    Je suis aussi photographe amateur et actuellement en 2ème année de BTSA Gestion et Protection de la Nature mais au LEGTA des Barres à Nogent sur Vernisson (45). Je suis passionnée de photographie nature et en particulier d'oiseaux et de macro. J'ai vu que vous travaillez au CPIE de Tronçais et habitant à Charenton du Cher, j'aimerais bien vous rencontrer pour faire connaissance et échanger avec vous.

    Si vous êtes intéressé, vous pouvez me contacter par mail à l'adresse suivante :
    g_m-28@orange.fr.

    Dans l'attente de votre réponse,

    Bien cordialement.

    Marine GUILLANEUF

    RépondreSupprimer